Découvrez-en plus sur les projets de Ronan Toulhoat

Je vous présente régulièrement un créateur car sans eux, pas de magie !

Focus Giannis Milonogiannis

Interview de Giannis Milonogiannis

Critique Le Monde à tes pieds

La critique d'un des meilleurs romans graphiques de l'année 2017

Focus on Collaboration horizontale

Carole Maurel et Navie vous parlent de leur Collaboration horizontale

Dernier Créateur

Je vous présente régulièrement un créateur car sans eux, pas de magie !

Focus on Julien Carette

Découvrez Julien Carette

Portrait de Chance The Rapper

Découvrez le meilleur rappeur du moment

Dernière News

Je vous débrieffe l'actualité chaude et bouillante !

Découvrez Arno Monin

Interview du dessinateur de L'Adoption

Olivier Fallaix présente Crunchyroll

Présentation de Crunchyroll par Olivier Fallaix;

Dernière critique

J'ai goûté à un livre / film / jeu vidéo / album etc. je vous dis ce que j'en pense, sans langue de bois !

Focus Bulle

Les interviews des membres de l'équipe de la librairie Bulle

19.7.17

The Road Ahead Is Golden : un petit moment de grâce signé Jon and Roy

Je fais une pause dans la création de ma playlist de mon trajet Le Mans – Mont-de-Marsan, en bagnole, pour parler d'un groupe qui revient souvent dans sa composition. Il faut dire que leur dernier album, The Road Ahead Is Golden, est parfaitement taillé pour les road trips posés. Ça tombe bien, c'est ce qui m'attend, bien calé sur mon siège passager, tandis que ma conductrice pestera parce qu'il n'y a pas de Bruno Mars dans la playlist. Tant pis pour elle, elle n'avait qu'à avoir un compte Spotify Premium et à me battre à la bagarre. Bref. Pour bien vous mettre dans l'ambiance de l'album, rien de mieux que le clip de Runner, la première piste de l'album : 
Sympa, n'est-ce pas, ce filtre sépia et cette gratte folk accompagnée par la bonne voix chaude et rocailleuse qui va bien ? Une véritable invitation à laisser vagabonder son esprit... pour trois petites minutes ?! Parce que oui, les composition de Jon Middleton, Roy Vizer, Louis Sadava ne sont jamais bien longues...

Alors, c'est si grave d'écouter des chanteurs précoces ?

Objectivement non, parce qu'il vaut mieux avoir un court condensé de bonheur que de subir de longues minutes de souffrance auditive. Mais bon, il faut avouer que cela laisse un arrière goût de service minimum, comme si le groupe s'était dit à chaque chanson "c'est bon, les gars, on les a accroché, on passe à la prochaine !"... Attention, encore une fois, des services minimum comme cela, on aimerait bien en écouter plus, surtout que le groupe a su cultiver un univers musical onirique, qui se décline d'ailleurs graphiquement, au travers de clips inspirés. Celui de Get Myself a Gun (sur l'album Homes), a d'ailleurs été réalisé par leur compatriote canadien, l'animateur et dessinateur Jesse Davidge. C'est un petit moment de bonheur mélancolique que je vous propose de (re)découvrir :

Sur ce, je vous laisse, je dois préparer mon road trip et trouver de quoi combler les 4h50 de route restant après les trente minutes de bonheur fugace de ce The Road Ahead Is Golden  :

12.7.17

La Mémoire dans les poches : la BD dans la peau

Bob Morane Renaissance, Urban, Le Pouvoir des Innocents : Je ne connaissais principalement Luc Brunschwig que pour ses récits d'aventure et d'action efficaces et profonds. Avec La Mémoire dans les poches, j'ai été percuté de plein fouet par la facette intimiste de l'auteur... Présentation de la série à l'occasion de la sortie du troisième et dernier tome.

La Mémoire dans les poches, c'est l'histoire d'un papy qui rentre dans un bar et qui demande à une jeune mère si elle peut le dépanner d'un allaitement... Si l'on s'arrête là, le synopsis nous emmène vers une blague de comptoir bien grasse. Heureusement, ce n'est pas le genre de Luc Brunschwig (*tousse*) et au fil des pages, l'on comprend que l'auteur a décidé avec cette œuvre de livrer sa vision la plus intimiste des rapports familiaux entre individus.

Si La Mémoire dans les poches sonne si juste, c'est parce que Luc Brunschwig y a injecté énormément de vécu et y a transposé les traits de personnalité de ses parents, en écrivant les personnages. Il m'a ainsi expliqué que Laurent (le fils du récit) était un mix de son frère et de lui-même et que le quiproquo du repas de famille, dans le premier tome, lui était vraiment arrivé. Au niveau historique – car le récit navigue entre la Seconde Guerre mondiale et une époque plus contemporaine –, l'auteur a voulu raconter ce que ses parents ont vécu, notamment son père. Le tome 3 prend même la forme d'une vraie déclaration d'amour filial qui prend aux tripes de par sa symbolique, encore une fois illustrée de main de maître par le dessinateur Étienne Le Roux (14-18, WW 2.2...). Ce dernier ne s'est d'ailleurs pas tourné les pouces durant les six années qui ont séparé le second tome du troisième et dernier volume. Son trait est encore plus expressif et l'on ressent les émotions – exprimées ou tues – des personnages, dès le premier coup d'œil...

Vous l'aurez compris, cette trilogie est une mise à nu qui force le respect et qui amène à considérer la bande dessinée que l'on tient entre ses mains avec déférence. Pour ma part, elle m'a permis de découvrir l'une des plus belles facettes de Luc Brunschwig, qui n'est donc pas qu'un aventurier solitaire qui tente de rendre la justice dans des cités parcs d'attractions à l'autre bout de la galaxie. Mais je n'en dis pas plus, à vous de juger sur pièce 
 Achetez l'intégrale de La Mémoire dans les poches

Crédits planches : © 2017 Luc Brunschwig, Étienne Le Roux © Futuropolis

Alors, ça a quel goût La Mémoire dans les poches ?

Caractéristiques principales
  • Genre : tranche de vie, fiction autobiographique, drame
  • Style graphique : semi-réaliste, franco belge
œuvres similaires
  • BD et romans : L'Adoption, L'Histoire de l'amour
  • Ciné & TV : Les Grandes vacances, Un Village français
  • Musique : la BO de La Vie est belle fonctionne à merveille
Avec La Mémoire dans les poches, Luc Brunschwig dévoile au grand jour toute la sensibilité qu'on lui devinait et prouve encore une fois son talent à dépeindre la complexité des rapports humains. Sorte d'autobiographie fictionnelle, ce récit brille par l'absence de jugement qu'il porte sur des personnages tout en aspérité et par sa capacité à traiter du traumatisme de la shoah sans donner dans le pathos.

La Mémoire dans les poches
Auteurs : Luc Brunschwig (scénario), Étienne Le Roux (dessins)
Éditeur : Futuropolis
Nombre de pages : environ 70-80 pages par tomes
Prix : 16-17 € par tomes, 40 € pour l'intégrale

7.7.17

Découvrez Gad ou le secret pour briller en maniant l'humour noir

L'année dernière, je vous présentais Glory Owl le collectif de blagueurs impertinents, aujourd'hui – à l'occasion de sa dédicace du 13 juillet, à la librairie Bulle du Mans – petit coup de projecteur sur Gad et son antihéros Ultimex ! Avis aux amateurs d'humour noir, sans filtre et avec une pointe de bourbon, voici quelques conseils pour faire aussi bien que lui :

Faire passer OSS 117 et Archer pour des enfants de chœur

Si la question "peut-on rire de tout ?" avait été au programme de son épreuve de philo, Gad aurait certainement rendu copie blanche avec uniquement un "haha !" suivi d'un dessin de doigt d'honneur, marqués dessus. Parce que le jeune auteur parisien est – comme sa créature, Ultimex – un homme d'action qui ne s’embarrasse pas de freins à sa créativité. Résultat : un humour d'une noirceur exquise bafouant tous les codes moraux communément admis. Son acolyte, Steve, n'est pas mieux mais cumule, en plus de cela, un caractère assez pathétique. Racisme, consommation de substances illicites, sexualité débridée, violences (physiques et psychologiques)... Dans Ultimex, il y en a pour tous les goûts déviants. Si vous poussez de petits cris outrés face à des l'impertinence de salon des Laurent Baffie et autres Stéphane Guillon, mouillez-vous bien la nuque avant de plonger dans un océan de vitriol :

Sans maîtrise, la nuisance n'est rien : raconter des saloperies, mais avec classe

Le gros problème avec les gens qui pensent bien manier l'humour noir, vient de leur tendance à balancer le plus de propos "choquants" en guettant les réactions outrées de la ménagère. En faisant cela, ils ne valent pas mieux que ceux qui espèrent faire rire à grand renfort de bruits de pets... Dieu merci, Gad n'est pas de cette sous-race ! Avec Ultimex, il a posé l'univers d'un dandy moderne et violent, dont l'amour des belles choses ne s'embarrasse d'aucune morale. Même lorsqu'il sort les pires horreurs, il le fait avec une forme de classe, grâce à des punchlines qui lui vaudraient les félicitations de l'agrégé de lettres classiques le plus rigide.
Un mariage entre raffinement et violence qu'il sublime avec d'autres artistes dans la revue Laudanum rendant hommage à l'esprit classieux du XIXe siècle.

S'entourer d'artistes aussi dérangés brillants que soi-même

Glory Owl Glory Owl, tome 2
Après Laudanum, Gad a prouvé qu'il était un animal social en fondant le collectif Glory Owl en compagnie de Bathroom Quest, Mandrill JohnsonJ. J. Charogne et Chariospirale. Encore une fois, le mot d'ordre était de rire de tout, sans aucunes limites et de la manière la plus absurde possible.
  
 Vous l'aurez compris, en solo ou en groupe, Gad est une bête lorsqu'il s'agit de manier l'humour noir et il ne tient qu'à vous de le vérifier en lisant ses différentes publications ou en venant à la dédicace du 13 juillet prochain à la librairie Bulle. Il adore qu'on lui raconte des blagues lorsqu'il dessine, à vos Carambar™ :
 Achetez Ultimex en enfer !
Sources des planches et couvertures : le blog d'Ultimex, le blog de Glory Owl,

Mais qui est Gad?



Bio
  • Année de naissance : les glorieuses années 80
  • Nationalité : française
Recette créative
  • ingrédients favoris : humour absurde, humour noir, dandysme, mélanger mauvais goût et raffinement
Réincarnation d'un auteur français torturé du dix-neuvième siècle (je vous laisse choisir lequel), Gad a choisi de ne pas choisir entre son amour pour les maniement bons mots et celui pour l'humour noir. Un véritable délice pour les amateurs du genre !

6.7.17

Rencontres avec le Label 619 : interview de Florent Maudoux

Avec sa série Freaks' Squeele et ses déclinaisons sur différents supports, Florent Maudoux a prouvé en moins de dix ans qu'il compte parmi auteurs de bandes dessinées les plus talentueux de sa génération, voire même de tous les temps. Lors du dernier festival Quai des Bulles, il s'est livré sur son processus créatif, ses influences et le futur de l'univers de  Freaks' Squeele ! De quoi en savoir plus sur lui et savoir quoi lire avant de vous rendre à l'une de ses dédicaces (si vous allez à Japan Expo, par exemple). Bonne écoute (désolé pour la qualité sonore, due à "l'effervescence" de la salle d'interview de Quai des Bulles...) :

"Ma productivité me vient du piano. J'ai fait 9 ans de piano classique au conservatoire, je pense que ça m'a donné une espèce de rythme, de rigueur de travail, avec ce besoin de savoir reproduire des choses à la demande et pas en fonction de la fatigue...Florent Maudoux
"J'ai bien avancé sur un autre projet sur l'infirmière de Freak's Squeele (...) quand je bosse dessus, j'éprouve vraiment un nouveau plaisir à créer de la BD, ça complète bien le boulot que je fais sur Funérailles." Florent Maudoux
 "Dessiner la femme parfaite c'est devenu facile. Il y a quelque chose de touchant dans la réalité des courbes, des imperfections (...) C'est pas antinomique du tout de montrer de belles femmes qui ont des petits défauts, en cassant les canons de beauté." Florent Maudoux
 "Une BD c'est une magie de petits éléments que tu mets ensemble. Tu n'es pas obligé d'avoir le meilleur scénario ou les meilleurs dessins de la Terre. Si t'as fais quelque chose de manière honnête, au final tu obtiendras peut-être quelque chose qui parlera à son époque." Florent Maudoux
En mettant cette dernière déclaration en parallèle de l'œuvre de Florent Maudoux, l'on peut se dire que s'il n'a peut-être pas les "meilleurs scénarios de la Terre", mais niveau dessin, l'auteur – qui ne cesse de perfectionner un trait tutoyant déjà les sommets – se place facilement parmi les meilleurs artistes de sa génération. Il est donc logique, avec un tel mélange, que la magie émanant de ses différentes œuvres ensorcelle à ce point. Sur ce, je vous laisse découvrir l'univers de Freak's Squeele en vous conseillant ses deux plus belles pépites :
Découvrez Freaks' Squeele Découvrez Funérailles

Sources des croquis, planches et couvertures : Le site du Label 619
(Magnifique) photo de l'auteur : Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons

Mais qui est Florent Maudoux ?

Bio
  • Date de naissance : 3 juillet 1979
  • Nationalité : française
Recette créative
  • ingrédients favoris : mélange d'action et d'humour proche des films d'action des 90's, références à la pop culture
À l'aise dans pratiquement tous les styles graphiques et doté de véritables talents de conteur, Florent Maudoux est un créateur virtuose. Il modèle depuis 2008 l'univers riche et captivant de Freaks' Squeele et nous régale à chacune de ses déclinaisons. Vivement la prochaine !

Les influences de Florent Maudoux

BD et romans
  • Les œuvres d'Alan Moore, de Mike Mignola ou encore de Frank Frazetta
  • Les mangas de Naoki Urasawa, de Rumiko Takahashi ou encore de Hiroaki Samura
  • Les romans de George R. R. Martin, de Glen Cook ou encore d'Alain Damasio
    Musique
    • Le rock, la pratique du piano classique au conservatoire durant neuf ans
    Cinéma et séries TV
    • Les films d'action hard boiled des années 80
    Et bien d'autres !